Marseille Infos Autonomes

Site collaboratif d’infos & luttes à Marseille

Menaces de mort, violences transphobe et homophobe : tabassé-e-s pour un bout de fromage au Carrefour St Guilhem à Montpellier

|

Le 22 décembre à 18h40, 3 ami-e-s décident d’aller faire des courses au Carrefour City, rue Saint Guilhem à Montpellier. Ils ont été victimes de violences lesbophobes et transphobes (physiques et psychologiques) et menacés de mort par deux vigiles, un caissier, le directeur du magasin et quatre flics.

Ayant dissimulé un simple fromage de chèvre après le passage en caisse, un vigile de deux mètres les intercepte à la sortie. Il s’ensuivit une série de violences physiques, des humiliations et des menaces de mort. Tout ça sous les yeux des clients impassibles.

Voici le témoignage de l’une des trois personnes tabassé-e-s :

« Alors que je sors du magasin, le vigile imposant essaie de me bloquer, j’essaie de passer, il m’attrape par le cou et me plaque contre le mur. Sa réaction étant tellement démesurée, j’essaie de me débattre mais il continue de me cogner contre le mur. Un des caissiers regarde la scène en souriant, tandis que les autres continuent leur travail sans broncher. Le vigile me traîne alors par le cou à travers les rayons pour me conduire jusqu’au local isolé dans l’arrière boutique, sans que personne ne réagisse. Je hurle et je le supplie de me lâcher car je ne peux plus respirer. Il continue de me serrer le cou avec force.

Arrivés devant la pièce, il me cogne la tête et le corps contre la porte pour l’ouvrir.
Dans cette pièce, un deuxième vigile nous attend. Celui qui m’étrangle depuis le début me projette contre le mur et me frappe à coup de poing à plusieurs reprises. Il me hurle dessus «  je ne sais même pas ce que t’es, je t’ai pas enculé parce que j’ai cru que t’étais une meuf, et là je viens d’apprendre que t’es un mec je vais te défoncer, je vais t’enculer, viens à 22h15 devant le Carrefour et je te bute, je ne sais même pas ce que tu es, tu me dégoûtes. » Depuis le début ma copine essaie de me défendre et de calmer la situation mais se fait éjecter.

L’autre vigile nous dit qu’il a appelé les flics et continue à nous insulter et humilier pendant 20 min : «  vous êtes des lesbiennes, vous faîtes vos malines, vous êtes que des merdes, vous comprenez rien à la vie, je sais toujours pas ce que t’es mais je vais te buter, viens à 22h à la sortie... »

Le caissier arrive tout fier et me dit : « si je m’étais pas retenu je t’aurais claqué la gueule ».

Le vigile me lance : « T’as de la chance qu’il y ait des témoins, sinon je t’aurais emmené au sous-sol et y a des gens qui en sont pas remontés.. »

Quatre flics appelés par le magasin arrivent à ce moment-là très énervés. Le vigile leur dit qu’il veut porter plainte, les flics acquiescent et disent qu’ils vont prendre sa plainte. Je suis en pleurs, j’ai des marques sur le cou et le visage, je dis aux flics que moi aussi je veux porter plainte et ils me répondent : « Non mais tu rêves toi, t’as volé, tu l’as bien cherché... vous retournez vraiment les choses vous êtes à l’ouest, tu crois que tu vas voler et qu’on va t’embrasser le cul après. Les gens, ils veulent porter plainte alors que c’est des voleurs. »

Les flics nous insultent à leur tour : « Enculés, débiles, grosse merde, c’est à cause de gens comme vous que le monde est dans la merde, les gens comme vous ils comprennent vraiment rien on doit toujours tout leur répéter. » Je vois que ça sert à rien de parler avec eux du coup je me tais et ils continuent les insultes : « enfin ! T’as compris que tu devais juste fermer ta gueule ».

Le directeur du magasin rentre en hurlant : « Vous êtes chez moi ici !!! c’est moi qui fais la loi et vous avez intérêt à fermer vos gueules parce qu’il y a un sous-sol, un -1 et -2... Y’en a d’autres qui sont déjà passés par là et on les a découpés dans le frigo. » Je m’adresse aux flics en leur disant que ce sont des menaces, et ils me répondent : « non mais là c’est la sphère privée, nous on intervient pas là. Nan mais là on est pas gagnant avec des malades mentaux comme ça !!! On a pas de chance, mais c’est incroyable comme les gens comme ça sont débiles ».

Suite à ça, le vigile lance la vidéo-surveillance qui a filmé la scène. Malgré l’évidence des violences à mon encontre, les flics soutiennent la version des vigiles. Mon ami les insulte de connards, et se prend une baffe en réponse par un des flics.

Pour finir, les flics prennent nos identités et nous demandent de ne plus jamais revenir, le vigile ajoutant qu’il nous tuera sinon. »

Face à la gravité des faits décrits dans ce témoignage, nous dénonçons avec force les agissements scandaleux de la part de la direction du Carrefour City et de ses employés. Les menaces de mort et les violences à l’encontre des personnes LGBTQI sont malheureusement monnaies courantes, impunies et encouragées par la société patriarcale et hétéronormée. Nous appelons à la diffusion de ce témoignage et au Boycott du Carrefour City de la rue Saint Guilhem.

Solidarité féministes !! Nous ne céderons pas !!

Publié initialement sur Le Pressoir.


En lire plus...

Publiez !

Comment publier sur Marseille Infos Autonomes ?

Marseille Infos Autonomes est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail marseille-infos-autonomes chez riseup.net