Marseille Infos Autonomes

Site collaboratif d’infos & luttes à Marseille

Quand les deux corps ne feront qu’un ; Résistons ensemble, n° 171, mars/avril 2018

|

Bulletin numéro 171, mars/avril 2018, du réseau Résistons Ensemble. Formé en 2002, Résistons Ensemble a pour but d’informer, de briser l’isolement des victimes des violences policières et sécuritaires et de contribuer à leur auto organisation.

Le bulletin no 171, mars/avril 2018 du petit journal mobile recto-verso A4 du réseau Résistons ensemble contre les violences policières et sécuritaires est sorti. Pour lire l’intégralité et télécharger ce bulletin mis en page au format pdf : http://resistons.lautre.net/spip.php?article581

Quand les deux corps ne feront plus qu’un
Karim a traversé mers, montagnes et déserts, affronté mille dangers pour mourir sur un trottoir de la porte de la Chapelle. L’État et ses services l’ont traité comme un chien, non, pire : pour les chiens il y a la SPA. Idem pour Nour, mort noyé dans la Seine le 14 février.
Ce sont deux des victimes, avant même son adoption, de la nouvelle loi dite « asile et immigration » qui va être discutée au parlement en avril. Une fois adoptée elle permettra d’emprisonner dans les CRA jusqu’à 105 jours un réfugié, un sans papier sur une simple décision administrative. On est loin du maximum de 6 jours en rétention adopté en 1981. Et ce n’est pas tout : un nouveau délit est créé, le « délit de franchissement non autorisé des frontières », puni d’un an de prison. Comme si l’on pouvait demander le droit d’asile sans passer « illégalement » la frontière… Rappelons que quand il y a quelques années le gouvernement hongrois d’extrême droite d’Orban a inventé ce même délit, toutes les « démocraties occidentales » avaient crié au scandale. Aujourd’hui elles se taisent ! Puis, dans cette loi, il y a la démultiplication des restrictions, obstacles et humiliations immondes qui rendent presqu’impossible l’obtention du droit d’asile.
Le pouvoir nous raconte que tout cela ne concernera que les migrants « économiques », pas les « politiques ». Mensonge. Cette distinction entre deux sortes de migrants n’existe tout simplement pas. Tous sont des victimes d’une politique des États rapaces capitalistes qui ravagent la Terre par les guerres et le pillage économique. Tous sont réfugiés. Tous exigent leur dû pour leurs familles et leur pays et leur venue en Europe est à comprendre comme un acte de résistance face à la barbarie.
Le soi-disant « problème migrant », constamment invoqué dans les discours des hommes politiques, est le carburant de l’évolution vers des régimes fascistes partout en Europe, France de Macron comprise.
Alors le seul mot d’ordre de « solidarité » suffit-il à répondre à cette nouvelle situation ? Non. La solidarité avec les réfugiés contient l’acceptation d’une différence, comme s’ils étaient extérieurs à nous, comme s’il y avait « eux », les victimes, et « nous » leurs défenseurs. Deux corps qui se pensent comme différents, séparés, hétérogènes ne seront pas assez forts pour gagner contre l’Etat raciste et anti-pauvre, l’oppresseur commun.
La lutte doit maintenant prendre la forme d’une désobéissance active aux ordres donnés. Et cette désobéissance doit venir de chacun, quelle que soit sa couleur de la peau, sa culture d’origine, sa nationalité. Un exemple ? Le syndicat CGT des cheminots de Bordeaux dénonce, dans un communiqué du 18/2/18, sa direction qui parle d’ « absolue nécessité » de dénoncer les migrants ; il considère qu’il s’agit d’une « incitation à des pratiques de discrimination et de délation » De telles prises de positions et leur mise en pratique par un refus de devenir des « chasseurs » de réfugiés va de pair avec la lutte des cheminots pour défendre la SNCF. C’est en se pensant et se mettant tous ensemble du même côté, contre l’État et ses lois, que les mécanismes de leur machine de guerre pourront être grippés.

’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’
au sommaire

> Quand les deux corps ne feront plus qu’un

> chronique de l’arbitraire
Argenteuil, 10 mars, la police tire à balle réelle
sur un jeune conducteur de 19 ans !
Bagui Traoré relaxé : la lutte pour Adama se poursuit !
Garde à vue à ciel ouvert, la nasse en procès
Répression brutale des universités en lutte
Deux victimes ordinaires du flash ball policier
La police tue aussi en Suisse
« L’État assassine renversons-le ! »,
« Ici on est dans un État de droit… on se tait et on obéit »
Plus Bure sera leur chute !

> agir
Tabassé par la BAC il y a 5 ans, c’est Mathieu Rigouste
Angelo Garand tué par le GIGN ou l’engrenage carcéral
Autopsie des techniques policières et journalistiques
pour maquiller les violences policières
Le Collectif des vendeur-e-s de la Gare et de leurs soutiens
Débats –justice violence quotidienne
Justice pour tous 2


En lire plus...

Publiez !

Comment publier sur Marseille Infos Autonomes ?

Marseille Infos Autonomes est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail marseille-infos-autonomes chez riseup.net