Marseille Infos Autonomes

Site collaboratif d’infos & luttes à Marseille

Vers le stade Uber du capitalisme ?

|

On ne parle plus que d’ubérisation, d’économie digitale ou de capitalisme de plate-forme... Quelles réalités se dissimulent derrières ces formules nébuleuses ? Le capitalisme serait-il entré dans une nouvelle phase de développement, celle de la prétendue “révolution numérique” ? Article paru dans le dernier numéro du mensuel Courant Alternatif.

En fait de bouleversement, nous assistons à l’accroissement et à l’aggravation de l’exploitation de la force de travail ; à l’éclatement de celle-ci en une multitudes de sous-conditions pires les unes que les autres.

C’est dans un contexte particulier pour l’économie mondiale qu’apparaît le capitalisme de plate-forme, celui d’une sur-accumulation de capitaux et d’une crise de la réalisation de la plus-value. Les moyens mis en œuvre pour contrecarrer cette tendance, qu’il s’agisse des ressorts déployés en Asie et en Amérique latine, de la ventilation de produits financiers tous azimuts ou encore de la spéculation foncière, se heurtent tous à leurs limites. Ils entretiennent à l’échelle de la planète une instabilité chronique autant politique qu’économique dont les populations endurent les effets à des degrés variables.

L’État, la technologie, la précarité

Plusieurs facteurs facilitent l’apparition et la diffusion de cette forme contemporaine d’exploitation de la force de travail. D’abord, l’expansion du numérique et de ses outils ainsi que des modes de relations sociales qu’il engendre au quotidien : le repli sur la sphère privée et domestique, la médiatisation des relations interpersonnelles ou collectives, la marchandisation des pratiques de sociabilité qui y échappaient encore... Tout cela tend à brouiller les frontières temporelles établies auparavant entre d’un côté le travailleur et de l’autre le consommateur. Par le travail gratuit qu’il fournit dans certaines circonstances (caisses automatisées, cartes bleues, etc.), ce dernier tend à devenir à son tour un producteur de plus-value. Les nouvelles formes de travail avec la précarité qui leur est associée doivent être interrogées pour ce qu’elles mettent en jeu aujourd’hui plutôt qu’être envisagées comme un simple retour vers le dix-neuvième siècle.

Vient ensuite la politique d’austérité et de désengagement des États doublées d’attaques répétées contre la protection sociale au nom de la relance par la croissance. C’est dans ce contexte que l’État va légaliser les pratiques courantes du travail informel et créer un appel d’air en direction d’une masse pléthorique de surnuméraires. Sur le fond, rien ne change. Il s’agit toujours d’une lutte autour du coût de la force de travail. C’est sur la forme qu’il convient dorénavant de s’interroger, en particulier sur la singularité de certaines de ces luttes dont les acteurs réclament à (re) devenir des salariés. Enfin, ces transformations technologiques contribuent à polariser l’emploi à ses deux extrémités : d’un coté une minorité de techniciens très qualifiés, de l’autre une masse croissante d’employés à la productivité relativement faible pour le système lui-même. Entre les deux, de nombreuses tâches intermédiaires sont désormais prises en charge par les outils informatiques. Mais là encore, contrairement à ce qui se dit, cette précarité n’est pas liée à la technologie car aucune technologie n’implique intrinsèquement la précarité, celle-ci est d’abord le résultat d’un rapport social.

A quel phénomène a-t-on affaire ?

L’ubérisation apparaît comme un phénomène relativement nouveau qui s’est rapidement propagé dans de nombreux domaines d’activité comme le commerce, le bâtiment, les transports et même l’éducation. Son cœur de cible, ce sont les services qui depuis 2013 représentent la moitié des emplois à l’échelle mondiale. En particulier ceux liés aux entreprises et à la personnes qui avec 52 millions d’emplois domestiques dans le monde laissent entrevoir de substantielles marges de progression.

Une fois encore, la nouveauté n’est qu’apparente. Depuis le début des années 90 certaines entreprises ont recherché et développé de nouvelles stratégies organisationnelles. L’appel à la sous-traitance, le recours en nombre à des travailleurs dit indépendants ne datent pas d’aujourd’hui et l’emploi atypique n’est pas l’apanage des “métiers du Web”. Dans quelques secteurs bien précis, comme celui de la téléphonie, le phénomène avait explosé bien avant. On pourrait même affirmer que l’ubérisation a toujours existé, du moins illégalement. En fait, ce qui semble surprendre c’est la soudaineté et le retentissement qui accompagnent l’événement dont les effets, il est vrai, restent difficiles à évaluer à terme. Et quoi qu’en disent ses instigateurs, il demeure une forme tout ce qu’il y a de plus ordinaire et prédatrice de capitalisme.

Lire la suite sur le site de l’Organisation Communiste Libertaire


En lire plus...

Publiez !

Comment publier sur Marseille Infos Autonomes ?

Marseille Infos Autonomes est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail marseille-infos-autonomes chez riseup.net