Bar, Discussion et Cantine de solidarité aux luttes réprimées à Turin

Jeudi 5 mai à partir de 19h : Bar, apéritif et Karaoké
au Snack

Samedi 7 mai
A partir de 17h : Discussion sur les luttes contre les centres de rétention à Turin
A partir de 19h : Cantine
à Manifesten

Trois années ont passé depuis l’expulsion de l’Asilo Occupato, squat de Turin occupé presque 25 ans auparavant. Pendant les semaines qui ont suivi l’expulsion, une forte solidarité avec les camarades expulsé·e·s et arrêté·e·s s’est exprimée au moyen d’un grand nombre de manifestations, d’initiatives, d’assemblées et de débats.

Bien du temps est passé depuis, la colère face aux portes et fenêtres murées et le souvenir des luttes dans les rues du quartier et de la ville que les habitant·e·s de l’Asilo menaient depuis des années restent intactes.

Des luttes contre les expulsions locatives, la militarisation, les rafles, les prisons et les centres de rétention. Des luttes pour repousser la violence de l’État qui se traduit par un contrôle toujours plus grand, des conditions d’exploitation et de vie toujours plus dures, l’atomisation sociale et la guerre entre pauvres.

Ces luttes aussi ont été sévèrement réprimées : depuis 2012, plus d’une centaine de mesures de contrôle judiciaire ont touché celles et ceux qui fréquentaient l’Asilo et s’y organisaient. L’éventail des dispositifs judiciaires déployés par le parquet de Turin est ample : détention en prison ou à la maison, surveillance spéciale (dispositif préventif de l’État Italien à l’encontre de celles et ceux considéré·e·s socialement dangereux ne se basant pas sur des accusations factuelles mais sur le profil), assignations à résidence ou interdictions de séjour, obligations de signature au comico...

Aujourd’hui, l’addition qui reste à payer est encore lourde : alors que le procès contre la lutte menée par les camarades contre les CRAs et la machine à expulser, appelé opération Scintilla, est en cours, de nombreu·ses·x camarades font déjà face à de lourdes peines.

Des nouvelles de l’opération scintilla

L’enquête autour de l’opération scintilla, qui a suivi l’expulsion de l’asilo occupato, vient d’être cloturée. 18 personnes sont renvoyées devant le juge dans le cadre des luttes contre le Centre de retention de (...)

Récemment, une vingtaine de camarades ont été condamné·e·s à une à deux années de détention pour leur participation à la lutte contre les expulsions locatives (Sfratti) dans plusieurs quartiers de la ville. Certain·e·s pourront bénéficier d’aménagement de peine et purger leur peine en détention domiciliaire, d’autres se trouvent actuellement en prison.

Nous pensons que les camarades qui ont lutté au fil des ans ne doivent jamais être laissé·e·s seul·e·s face aux conséquences juridiques de la lutte pour des idées que nous sommes beaucoup à partager, c’est pourquoi nous organisons des évènements de solidarité afin d’envoyer de l’argent aux camarades actuellement détenu·e·s et payer d’éventuels frais d’avocat.

A lire aussi...